festival de théâtre
à gavarnie

« C’est grâce à Claire Berdot, administratrice de la compagnie Achille Tonic en 1993, que j’ai travaillé pour le Festival de Théâtre du cirque de Gavarnie. Une expérience unique où nous devions monter à pied sur le site de la Courade (lieu du spectacle) tous les soirs. Pour les bons marcheurs, quinze bonnes minutes mais pour les marcheurs un peu chargés (d’appareils photos) une demi-heure. Chemin caillouteux, chemin de montagne ! Il y faisait souvent très froid, il fallait toujours prévoir des vêtements de circonstance en plein mois de juillet. Nous étions en montagne à 1 500 mètres d’altitude environ (3 300 pour le haut du Cirque).

La pluie, les orages étaient parfois au rendez-vous avec l’incertitude de jouer le spectacle. Mais il était rarement annulé, il y avait 2000 personnes qui se déplaçaient tous les soirs pendant quinze jours sur ce site.

L’arrière-plan de la scène était magique, nous avions la chance d’avoir la lune avec nous, parfois la brume... Le décor du Cirque s’effaçait tranquillement au fil de la représentation pour ne laisser que la scène éclairée. C’était incroyablement beau !

Les ânes et les chevaux en liberté faisaient partie intégrante du décor avec le son de leurs petites cloches de montagne à la tombée de la nuit où ils étaient lâchés en liberté pour s’y reposer.

Le lieu est unique et les habitués de la région y viennent en famille avec le pique-nique.

Nous mangions la garbure, soupe des Pyrénées et le gâteau à la broche aux myrtilles avant le début du spectacle.

Le retour au village se faisait avec les flambeaux, la nuit était noire et étoilée.

Retour aux flambeaux au village de Gavarnie, 1990.

De très bons souvenirs pour moi. »